0

Bonnes entreprises d'installation des pompes solaires au Mali?

Traduction de la question par Chris Rollins http://knowledgepoint.org/en/question...

Ceci est une mise à jour de la question sur les "coûts et la fiabilité des pompes solaires au Mali?"

Je m’occupe du forage de nouveaux puits et de la réhabilitation/remplacement d'un certain nombre de pompes à eau solaire (PV) dans le nord du Mali (pour l'eau potable et l'irrigation, mais tous sont des pompes submersibles dans des forages). Beaucoup de systèmes de ce genre ne fonctionne plus et j’ai même vu des systèmes relativement nouveaux (<1 an), de Grundfos et de Lorentz, qui ont échoué. Malheureusement, je ne connais pas encore les raisons de cette tendance de l'échec, car les rapports des consultants locaux que j’ai reçu ne contiennent pas un diagnostic complète des systèmes ni même des photos de pièces défectueuses.

A l'avenir, quels entreprises d'installation recommanderiez-vous pour des pompes solaires fournissant de 5 à 5m3 /h? Et quels sont les entreprises qui offrent les meilleurs services de contrôle et d’évaluation, à la fois pour les nouveaux puits et pour les existants?

éditer requalifier signaler fermer fusionner supprimer

2 Réponses

0

Traduction de la reponse par juliensmets http://knowledgepoint.org/en/question...

En 2014, un nouveau puits a été installé dans Faladié (une communauté dans le cercle de Kati) par Sylene Mali sarl qui est une filiale de Sylene SA France. www.sylene.fr; tél 223 20 22 70 66. E-mail: sylenemali@cefib.com Le projet comprenait un nouveau forage, pompage alimenté PV (Lorentz PS1800) et un réservoir d'eau 5 m³ à un niveau de 5 m. Travail avec succès terminé. Diagnostics préliminaires et l'ingénierie ont été réalisées par ACTEngineering sarl à Bamako. e-mail: acte@actengineers.net; tél +223 76 17 48 18;

éditer signaler supprimer permalien plus
0

Salut,

En 2014, j'étais au Mali et j'avais fait une etude sur la non fonctionnalité de certains types de pompes. En effet Suite à la crise malienne de 2012, les administrations des Régions du Nord ont été fermées. Les fonctionnaires ont fuit, le matériel et les bâtiments ont été endommagés ou pillés et les archives dispersées. La Direction Régional de l'Hydraulique (DRH) a été fortement impactée. La population a aussi fuit, des villages ont été désertés. L'entretien des puits a été mis à mal. La plupart des comités ne sont plus fonctionnels. Sur l'axe Douentza - Gossi, Nous avons visité environ 179 points d'eau. Les principales sources d'eau de boisson utilisées proviennent : - -des bornes fontaines - -des pompes à motricité humaine - -des puits traditionnels/Pastorals - -des eaux de surface (mare) - -des puits aménagés Malgré la diversité des points d'eau, la quantité d'eau disponible par famille et par jour est très insuffisante du fait de la pression démographique, de l'insuffisance des points d'eau fonctionnels (existant bien avant la crise), de la dégradation des ouvrages hydrauliques suite à la situation conjoncturelle actuelle et aussi structurelle, de la baisse du niveau des marres et ses conséquences sur la nappe phréatique... A l'échelle de la région les points d'eau les plus utilisés sont les puits aménagés et traditionnels (respectivement 35 et 30% des ménages rencontrés) puis les bornes fontaines (18%), les eaux de mare et fleuve pour 15% et les PMH (pompes à motricité humaine - moins de 3%). L'appréciation pour seulement Gossi nous donne les résultats suivant : - Sur les 60 points d'eau visités, plus de 80% sont des puits traditionnels et grand puits. - 45 sur 60 points d'eau sont délabrés dû à l'arrêt de l'entretien des points d'eau durant la crise - 100% des comités de gestion des points d'eau en milieu rural ont été démobilisés lors de la crise et la situation n'était pas résolue lors du passage de l'équipe du diagnostic en décembre 2013. - 95% de ces puits et 100% des mares tarissent en saison sèche - La plupart des villages situés à 15 kilomètres et plus du chef-lieu de commune consomment l'eau de mare -100% des points d'eau sont non entretenus (présence de boue, mousse, moisissures) - Les systèmes d'exhaure ne permettent pas une bonne protection de la ressource en eau (ex : seau, puisette et corde traînant au sol) Beaucoup des problèmes cités plus haut ne sont pas dus directement ou seulement à la crise, cependant en la période actuelle, les populations locales ne sont pas dans la capacité matérielle, technique, et financière d'augmenter la disponibilité en eau de qualité sur la zone Une autre des conséquences du conflit armé au Mali est aussi l'affaiblissement des services régionaux de l'hydraulique et des services techniques des communes, principalement pour les raisons suivantes : - le départ des techniciens agréés réparateurs des pompes et des artisans villageois qui entretiennent les pompes ou ... (more)

éditer signaler supprimer permalien plus
S'identifier/S'inscrire pour répondre